La Bientraitance

« La bientraitance est une culture inspirant les actions individuelles et les relations collectives au sein d’un établissement ou d’un service. Elle vise à promouvoir le bien-être de l’usager en gardant à l’esprit le risque de maltraitance. Elle ne se réduit ni à l’absence de maltraitance, ni à la prévention de la maltraitance. La bientraitance se caractérise par une recherche permanente d’individuation et de personnalisation de la prestation. Elle ne peut se construire au sein d’une structure donnée qu’au terme d’échanges continus entre tous.»
  • Culture partagée du respect de la personne et de son histoire, de sa dignité et de sa singularité;
  • Manière d’être, de dire et d’agir, soucieuse de l’autre, réactive à ses besoins et à ses demandes, respectueuse de ses choix et de ses refus;
  • Démarche répondant aux droits de l’usager et à ses choix (son expression est valorisée);
  • Culture de questionnement permanent (réflexion éthique sur les pratiques professionnelles);
  • Démarche continue d’adaptation à l’évaluation des besoins des usagers et à des situations données.
  • La bientraitance n’est pas simplement le contraire de maltraitance», avertit Delphine Roulet Schwab, pour qui d’ailleurs le terme de bientraitance est aujourd’hui galvaudé et fourre-tout. «Il ne suffit pas de ne pas maltraiter pour bien traiter! Encore faut-il prendre la peine de chercher à savoir ce que veut la personne âgée. Elle est un partenaire et non un pion que l’on déplace à volonté. La bientraitance, c’est réfléchir à la meilleure démarche à adopter et à l’actualiser sans cesse en fonction du contexte et de son évolution. Le contraire de bientraitance serait donc plutôt rigidité et standardisation… » Alors que pour certains la maltraitance en EMS commence par la chambre à deux lits, la représentante d’Alter Ego ne partage pas entièrement cette vision. «Un établissement qui doit tenir compte de certaines réalités, peut fort bien les communiquer et les expliquer à la personne et à ses proches. L’important est que la personne âgée et son entourage soient inclus dans le processus de décision et que des solutions puissant être négociées avec eux. Ensuite, il ne faut pas oublier que les valeurs et les attentes de la personne ne sont pas nécessairement les mêmes que celles de l’institution ou de l’idée qu’elle peut s’en faire. Ainsi, certaines personnes âgées préfèrent par exemple partager leur chambre.»

    Et comme le relève une professionnelle, la prévention de la maltraitance commence peut-être dans le regard que notre société porte sur la vieillesse…

  • Outil «La prévention de la maltraitance. Grille d’autocontrôle de mes pratiques professionnelles (outil à destination des soignants)» et «Guide d’utilisation»;
  • Outil «Regards croisés sur la bientraitance. Questionnaire d’évaluation professionnel de l’établissement» et
  • Outil «Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement».
  • Outil «Auto-évaluation. Evaluation de la promotion de la bientraitance».
  • «Le déploiement de la bientraitance. Guide à destination des professionnels en établissements de santé et EHPAD» (Haute Autorité de Santé, 2012)

    Aidez-nous à prévenir la maltraitance envers les personnes âgées en soutenant notre action!

    membres collectifs: CHF 150.00 / an et individuels: CHF 40.00 / an ou par un don

    CPP: 17-315707-1

    Compte bancaire: IBAN CH65 0900 0000 1731 5707 1